Solange Knowles : son essai contre le racisme

Solange Knowles, chanteuse, mère et petite soeur de Beyoncé, a vécu une situation de racisme ordinaire. Assistant au concert du groupe électro Kraftwerk avec sa famille et ses amis, debout, dansant sur son titre préféré, profitant du moment, la jeune femme a dû subir les remontrances de spectatrices blanches assises derrières elle, exigeant qu’elle s’assoit d’un ton autoritaire. Ce “ton” .

solange knowles

Sur le site Saint Heron, Solange est revenu sur cet incident, et explique pourquoi ce “ton” est si problématique.

“Le ton. Le même utilisé lorsqu’on dit à ton ami “Va me chercher mon sac” à l’aéroport, parce qu’il est forcément bagagiste. Celui utilisé lorsqu’on te dit “madame, allez dans la queue là-bas” à l’embarquement des premières classes avant même que tu aies pu dire quoi que ce soit.”

solange knowles

“Le même utilisé quand on te hurle à toi et ta mère, endormies dans le train entre Milan et Basel “Donnez-moi vos passeports MAINTENANT.” Et quand tu regardes autour de toi pour voir si quelqu’un d’autre est traité de la sorte et que tu vois une gentille Italienne plaider ta cause et demander pourquoi ils te traitent ainsi.”

Ce ton. Ce ton que toutes les personnes de couleurs connaissent. Ce ton condescendant, méfiant, agressif. Ce ton où l’on vous reproche quelque chose que vous n’avez pas fait. Dans son essai, Solange Knowles met le doigt sur le problème. La façon dont on traite les personnes de couleurs aux États-Unis (et rajoutons dans le monde), et comme tout cela est devenu normal. “Pas de “s’il vous plaît” ou de “voulez-vous bien” avec ce ton. (…) Vous avez l’impression que la plupart des gens impliqués dans ces incidents n’ont rien contre les noirs, mais qu’ils sont juste le produit de la suprématie blanche et qu’ils l’utilisent contre vous sans aucune considération.”

solange knowles

D’une situation malheureusement ordinaire et quotidienne, Solange Knowles explique au monde ce que c’est que d’être une personne de couleur. Ce que c’est d’être une femme noire. Et pourquoi elles ont toutes les raisons d’être en colère.

“Et quand vous y repensez, vous savez que la meilleure des réactions que vous pouviez avoir (quand plus tard elles ont finalement décidé de se lever pour danser sur les musiques qu’elles aimaient) était de danser juste devant elle, en balançant mes cheveux de droite à gauche, avec mon merveilleux fils noir, mon merveilleux mari noir, et notre cher ami Rasheed profitant à fond du rythme que nos ancêtres nous ont légué ne voulant dire qu’une seule chose…
We belong. We Belong. We belong.
We built this.”
(Nous sommes à notre place. Nous avons construit tout ça)

Retrouvez son texte complet (en anglais) ici.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.