Rap engagé VS Unilever

« Unilever a répandu du mercure à Kodaikanal, empoisonnant les travailleurs et les forêts. Depuis 14 ans, Unilever n’a rien fait pour nettoyer la contamination ni pour dédommager ses employés et leurs familles, en dépit de leur affichage tonitruant autour de leur responsabilité sociale d’entreprise. Alors maintenant, Kodaikanal dit non ».
Tels sont les mots introduisant la vidéo « Kodaikanal Won’t » d’une jeune rappeuse indienne.

Sur l’air d’« Anaconda » de Nicky Minaj, Sofia Ashraf rappe pour mettre en avant le combat des habitants d’une ville touristique du sud de l’Inde.
Réputées pour ses panoramas, sa forêt, ses cascades, Kodaikanal et sa région sont touchées par une contamination au mercure d’origine industrielle. En cause, une usine de thermomètres fermée en 2003. Le dernier propriétaire était la filiale indienne d’Unilever. Le combat a débuté en 2001, ONG locales, Greenpeace, travailleurs de l’usine demandent à Unilever de dépolluer la zone et des compensations financières pour les victimes du mercure. Selon eux, 45 personnes et 18 enfants en sont morts et de nombreuses personnes souffrent de maux dus au mercure. La multinationale anglo-néerlandaise considère avoir totalement nettoyée la zone contaminée.
Le procès est en court, la décision judiciaire tardant à arriver, les ONG contacte Sofia Ashraf pour s’engager dans le combat.

Le 30 juillet, la vidéo est disponible sur la page youtube de Jhatkaa pour inciter les gens à signer la pétition. Relayé par les réseaux sociaux, le clip fait le buzz. Rythme hyper efficace, discours simple et direct, images soignées, la jeune rappeuse a travaillé pour une agence de publicité et en a appris les codes. Pour maximiser la visibilité du combat, les internautes sont invités à s’exprimer avec le hashtag #UnileverPollutes.

L’opération est un succès. Unilever réagit rapidement. Le premier acte est un communiqué de presse réfutant toutes responsabilités, rapports d’expertises à l’appui. Deux jours plus tard, Paul Polman – PDG d’Unilever, prend la parole sur twitter. Il utilise le hashtag dédié à la campagne contre Unilever et tente d’apaiser le débat et montrer leur engagement.

A ce jour « Kodaikanal Won’t » a été vu plus de 3 millions de fois, la pétition a bénéficié de nombreuses signatures, le combat a été mis sur le devant de la scène. Quelle en sera la suite ?

Gwendolen

Passionnée par la mode, la beauté, le graphisme, la musique. Travaillant dans le digital depuis plus de 10 ans. Elle aime allier le sens à la forme.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.